Le cacaupire

Lionel Miraton,
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

Nom commun.
Prononcer [cac-o-pire ].

Définition

En webmarketing, le Cacaupire est une variante du CAC. Le CAC, qui comme vous le savez, signifie Coût d’Acquisition Client. Autrement dit, la somme que vous dépensez en moyenne en actions de communication pour obtenir un nouveau client sur votre site ouaibe.

Là où le CAC est une mesure statistique des résultats des actions webmarketing passées, le Cacaupire est lui une projection, un plafond à ne pas dépasser.
Le Cacaupire représente donc le coût maximal que vous acceptez de payer pour obtenir un nouveau client.

Ne jamais essayer de calculer un CAC quand on a une gueule de bois.

Risques pour la santé

Si un webmarketeur constate que sa dernière campagne explose lamentablement le Cacaupire qu'il s'était fixé, le stress induit peut produire des symptômes très sévères :

risques professionnels en webmarketing

Astuce : Cacaupire et régie publicitaire

Si vous achetez de la publicité en payant, non pas au clic, mais à la conversion ; sachez que la régie publicitaire se débrouillera TOUJOURS pour vous vendre les conversions à votre prix max.

C'pas ça faute, il ne voit pas bien.
A croire que, chaque fois qu’il obtient une conversion, l’algo de ciblage se repose en sirotant un mojito, laisse vos annonces être diffusées n’importe comment, et se réveille juste avant de dépasser votre Cacaupire pour se remettre à bien cibler la diffusion de votre pub.

 

 

Lorsque vous indiquez à la régie publicitaire votre coût max de conversion, pensez donc à indiquer un coût en dessous de votre Cacaupire.

 

Cet article à vocation humoristique fait partie de notre Désencyclopédie du Webmarketing

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...
1 Commentaire
Patrick DUHAUT

Je pensais qu’on appelais ça le CPA (Cost Per Acquisition), mais je retiens CACAUPIRE qui est beaucoup plus significatif.
Et même si les deux objets ne sont pas à rapprocher, j’aurai tendance à le ranger à coté du PUTACLIC qui, lexicalement parlant, me fout le banane tout autant !

Laisser un commentaire