Référencement : Benchmarkez et passez devant votre concurrent

Romain Bellet,
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...Loading...

Suite à notre précédent article sur l’analyse de la performance d’une page en terme de référencement, je vous propose de réfléchir à la possibilité d’auditer une page pour accroitre son positionnement.

Nous allons ainsi voir aujourd’hui :

Comment nous pouvons analyser et comparer une page produit avec une page concurrente pour améliorer son référencement.

Rappelons qu’une page doit être réintégrée dans son microcosme.  La performance d’une page (en terme de positionnement) s’évalue toujours au regard d’autres pages, au sein du classement des moteurs de recherche. Il est donc important d’analyser l’optimisation d’une page au regard des pages concurrentes. C’est pour cela, que je vais m’efforcer d’illustrer comment nous pouvons benchmarker et comparer l’optimisation de 2 pages web pour accroitre le positionnement de sa page produit.

Imaginons que nous sommes un e-commerçant pourquoi pas notre fameux marchand de Tong en ligne, si cher aux montpellierains. (clin d’oeil @Romuald de nos amis de Weezbe).  Et que nous souhaitions analyser et comparer la page de notre produit phare avec la page de notre « bien aimé » concurrent.

Nous allons utiliser le « module d’analyse de page » du logiciel SeeUrank pour comparer et analyser les éléments intrinsèques des 2 pages, et le module d’analyse des backlinks (popularité) pour repérer la qualité du netlinking des 2 pages.

Les éléments techniques de la page :

Focalisons-nous dans un premier temps sur les éléments techniques des 2 pages :

Taille de la page : la taille de la page est un critère important notamment pour réduire son temps de chargement dans le navigateur.

Temps de chargement : Tous les référenceurs s’accordent à dire que le temps de chargement d’une page impacte sur son positionnement dans les moteurs de recherche comme Google ou Bing. Il va de soi qu’un moteur aura tendance à pénaliser une page qui mettra du temps à s’afficher. Ce facteur a directement une influence sur le qualité perçue par l’internaute. Nous avons tous abandonné le chargement d’une page Web sous prétexte qu’elle mettait trop de temps à s’afficher. Les moteurs (comme Google) se doivent donc de proposer à l’internaute une liste de sites qui correspond bien entendu à sa recherche mais également à des critères qualitatifs. Notons que le temps de chargement d’une page dépend du poids de la partie HTML, du poids des images, et du poids et du temps d’exécution des scripts. Il est communément admis que la limite temps de chargement d’une page rapide à lente est de 1,5 secondes.

Il est important de comparer le temps de chargement de votre page avec celle de votre concurrent. C’est souvent dans le détail que se cache les explications des variations de positionnement entre 2 pages.

Informations synthétiques de contenu :

A l’aide de ce tableau, nous pouvons comparer d’une façon globale le contenu des 2 pages :

Les liens dans la page :

Nous comparons ici le nombre de liens présents dans les 2 pages. Combien pointent-ils vers le site ? vers un autre site ?

Ces liens comportent-ils un attribut nofollow ?

 

Comparaison de la Structure de HTML

Focalisons nous maintenant sur la structure HTML des 2 pages.

Dans l’exemple ci-dessus, on peut s’apercevoir que la page de la boutique de Tong en Vert dispose d’1 Title, de 3 balises H1, de 66 balises H2 , de 0 balise H3 et H4 alors que la boutique concurrente (en Orange) dispose de 0 Title, de 1 balise H1, de 7 balises H2 …. 810 Balises liens (A). Ainsi on identifie tout de suite les faiblesses de chacune des 2 pages (par exemple l’une ne disposant pas de Meta Title et l’autre comptabilise 3 Balises H1). Je ne vais pas pousser plus loin l’interprétation de cet exemple. Quoi qu’il en soit, à l’aide de ce tableau nous pouvons très rapidement identifier les points faibles de notre page par rapport à la concurrence.

SeeUrank nous fournit également le nombre de mots-clés présents dans chacune des balises des 2 pages.

Dans l’exemple ci-dessus, la boutique (page en Vert) dispose de 3 balises H1 comprend 13 mots alors que celle de la boutique concurrente (orange) en compte qu’1 seul mot. Il serait à première vue pertinent d’optimiser ici le titre (H1) de la page Orange. (et surement de rajouter un Title à la page ;) )

 

Analyse de la densité des mots-Clés

Le module d’analyse de page de SeeUrank nous fournit également l’analyse détaillée du contenu des différentes balises de la page.
SeeUrank liste les mots-clés présents dans chacune des balises; et calcule leur occurrence (nombre de fois présents dans la page), leur densité. SeeUrank calcule également le poids de chaque mot-clé dans la page au regard du référencement.

Ainsi nous repérons facilement les forces et les faiblesses des pages en terme de densité de mots-clés présents dans les pages.

Analyse des backlinks que reçoit la page

Je vous propose maintenant d’analyser la stratégie de netlinking des 2 pages. Pour cela, nous devons utiliser le module « Popularité : Analyse des backlinks » de SeeUrank et configurer le module en renseignant les noms de domaines des 2 sites (ainsi SeeUrank analysera les backlinks des 2 sites). A l’aide d’un zoom sur chacune des pages liées nous pouvons analyser finement le netlinking de chaque page du site.

Tableau des backlinks de la page :

SeeUrank nous renseigne sur le nombre de backlinks que reçoit la page (ici 599) et le nombre de sites uniques qui font un lien vers cette page. On peut ainsi comparer le nombre de backlinks et de partenaires que reçoivent les 2 pages concurrentes. Il va de soi qu’un écart trop important entre les 2 pages aura une forte influence sur leur positionnement.

La liste détaillée des sites partenaires et des pages contenant les backlinks est fourni dans le tableau « Détails des liens ».

Nous disposons du nombre d’ancres uniques que reçoit la page (ici dans l’exemple : 30 ancres différents pointent vers la page). On peut donc analyser les ancres qui pointent vers notre page et s’assurer que les mots-clés (ancres) correspondent exactement à la stratégie de positionnement de la page. Si la page est liée par des ancres qui n’apportent pas d’intérêt à son positionnement (comme des ancres : en savoir plus, une image), on peut imaginer demander au webmaster du sites partenaire de modifier le texte de leur lien.

Les ancres qui pointent vers la page du concurrent sont fournies en faisant l’analyse du site concurrent dans SeeUrank (vous pouvez dans la même analyse paramétrer plusieurs sites).

SeeUrank relève le PageRank de la page qui fait donne le backlink. Le LinkJuice envoyé par la page partenaire est également calculé. Nous repérons ainsi les meilleurs pages partenaires de son site mais également celles de ses concurrents.

Ainsi l’analyse des backlinks des pages fournit de nombreuses pistes d’amélioration de sa performance.

Je ne vous propose pas d’approfondir la présentation de ce module, cela pourrait faire l’objet de plusieurs articles.

N’hésitez à apporter des précisions et des commentaires.

A propos de : Romain Bellet

Co-fondateur et Président de Yooda.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...Loading...
3 Commentaires
cosmetic-network

Très bon article comme d’habitude : complet, clair et à la portée de tous.

Je partage aussi l’avis du temps de chargement. Sans être référenceur je suis également persuadé que google s’en sert dans son algorithme. Peut être pas à un niveau élevé mais cela doit influer.

L’analyse des backlinks est très intéressante et bien expliquée. En effet si un site est bien positionné sur un mot clé concurrentiel (ou non); c’est qu’il y a une raison.

C’est bien qu’il y ait des backlinks et de qualité. Le but étant de voir là où le concurrent a de bons backlinks : bon PR, bon annuaire, communiqué de presse, fiche professionnelle …

Et yooda semble bien maîtriser la chose.

Si l’on prend le mot clé « chaussure » on voit bien le duel sarenza / zalando. D’ailleurs que deux positions d’écart environ à chaque fois sur ce mot clé. Il y a une vraie lutte (publicité télé …).

Donc cela rejoint exactement l’article de yooda : cela se joue après sur des détails (non négligeables) : temps de chargement, backlinks du concurrent.

A très vite , olivier

Christophe BENOIT

Une petite faute sur le temps de chargement considéré comme acceptable pour être un site rapide : 1,5 milliseconde (en haut de l’article). Ne serait-ce pas plutôt 1,5 secondes ?

Romain Bellet

Oui effectivement vous avez raison, l’erreur a été corrigée.
Merci pour votre commentaire.