Vous le savez sans doute, SeeUrank permet de croiser positionnement et trafic. Ce croisement d’information est obtenu en connectant SeeUrank à l’API Google Analytics.

Jusqu’à maintenant, SeeUrank utilisait la version 2.4 de l’API Google Analytics. Contrairement à la nouvelle API, cette version prévoyait que chaque utilisateur possédait son propre quota de requêtes. C’était idéal pour un outil comme SeeUrank avec plusieurs milliers d’utilisateurs. Malheureusement Google a décidé d’abandonner rapidement cette version de l’API que nous utilisions, en amenuisant les quotas de requêtes par utilisateur. Il devenait difficile pour certains de récupérer leurs données de trafic.

Refaire l’association ne prends que quelques secondes

Associer SeeUrank à votre compte Analytics via la nouvelle API ne prends que quelques secondes. C’est nécessaire pour continuer utiliser cette fonctionnalité de SeeUrank.
Nous vous avons préparé un didacticiel qui explique comment réaliser cette association.

Plus rapide, plus simple

Nous avons profité de cette migration vers cette nouvelle API pour simplifier le processus. Désormais, il suffit de cocher une case pour demander à SeeUrank de récupérer les statistiques d’un site.
Notez que seuls les sites présents dans Analytics ET dans SeeUrank (dans une analyse de Performance) sont proposés.
Par ailleurs, les personnes qui utilisent la double authentification sur leur compte Google pourront désormais utiliser facilement cette fonctionnalité.

Chaque semaine, retrouvez la sélection des meilleurs articles SEO et les actualités qui comptent dans le monde du Search et du Webmarketing.

 

> SEO & E-commerce, désindexer le contenu paginé ?

Le contenu paginé est un des problèmes classiques posés aux référenceurs. Et pourtant, c’est un sujet peu abordé. Un débat intéressant sur le blog de Polynet (n’oubliez pas de lire les commentaires).
Lire l’article

> Apple condamné pour entente illégale sur les prix du livre numérique

Apple a été condamné à New York pour entente illicite avec les éditeurs (dont le français Hachette) lors du lancement de l’eBook Store.
Lire l’article

> Landing Page : 4 principes pour un bon design

Traduction française d’un article paru chez Hubspot. Il pose 4 grands principes pour réussir un design de landing page qui convertit.
Lire l’article

> Géolocalisation des requêtes SeeUrank, il y a du nouveau !!

Depuis cette semaine, les contrôles de positionnement effectués par SeeUrank via IPSérénité ne sont plus géolocalisés localement (au niveau de la ville). Ils n’utilisent plus la géolocalisation par défaut sur l’IP, mais forcent une localisation générique sur le pays, plus représentative d’un positionnement moyen sur l’ensemble du territoire.
Lire l’article

 > 40 nouvelles données disponibles via l’API de Google Analytics

Google vient d’élargir le nombre d’informations récupérabels via l’API de Google Analytics.
Lire l’article

 > Quelles solutions pour les médias à l’heure d’internet  ?

« Infobésité, actualité gratuite, Paywall, monétisation des audiences… sont autant d’enjeux pour les grands titres de presse dans leur version digitale. »
Lire l’article

> Bel exemple de communication opportuniste

Trop rare en France, voici un bel exemple de communication qui surfe sur l’actualité de l’affaire Prism.
Voir le mini-site

 

 

Voilà, c’est tout pour cette semaine, et c’est déjà pas mal !

Aussi séduisant que soit votre site, aussi performant que soit votre référenceur, sur du long terme il y a toujours des moments où votre courbe de trafic pique du nez. C’est inquiétant et c’est gênant… surtout auprès de sa hiérarchie ou de ses clients.
Trafic saisonnier

Variation saisonnière ?

Oui, ce que recherchent les internautes varie avec les saisons. Mieux même, la quantité globale de trafic sur le web varie selon la période. Vous connaissez déjà tous cette angoissante période des fêtes de fin d’années, entre Noël et les soldes, où les e-commerçants se torturent d’angoisse voyant leur trafic s’effondrer juste avant la grande bataille des soldes d’hiver.
La totalité des sites du web sont affectés dans un sens ou dans l’autre par ces différents mouvements saisonniers du trafic. Se pose alors la question : « Comment différencier les baisses de trafic liées à une baisse saisonnière de celles dues à une détérioration globale des positionnements ?».
Oui, comment ?

Le trafic, une donnée insuffisante

Mesurer le trafic est un moyen pertinent et facile d’accès pour mesurer le succès des efforts faits sur un site web, et notamment sur son référencement, mais… Il y a un « mais ».
Vous l’aurez compris, le trafic seul ne me permet pas d’identifier l’origine d’une baisse de trafic en provenance des moteurs de recherche. Et bien,  c’est notre bon vieux positionnement (un peu dopé quand même) qui va venir à notre secours.
En confrontant l’évolution de mes positions dans les moteurs de recherche et l’évolution de mon trafic, je devrais pouvoir déterminer si la hausse ou la baisse de mon trafic moteur est lié à une hausse ou une baisse de mon classement sur mes mots-clés.

Oui, mais comparer l’évolution d’un trafic global avec une liste de dizaines/centaines d’évolutions de positions de mots-clés c’est… du pifomètre. On ne peut pas longtemps justifier le coût d’un référenceur avec des explications au pifomètre.

Evolution de la  visibilité  vs.  évolution du trafic

Les utilisateurs de notre logiciel de référencement SeeUrank eux sont sereins. Ils savent que leur logiciel leur calcule le score global de visibilité de leur site web sur les moteurs de recherche. Une sorte de méta-indicateur de l’évolution de la qualité de leur positionnement (voir l’article sur le score de visibilité).
Mieux, SeeUank leur propose un indicateur qui juxtapose les deux informations dont nous avons besoin ici (trafic moteur et visibilité moteur) : Le graphique de Performance Globale.évolution trafic et visibilité moteurs

Tout au long de l’année SeeUrank aura emmagasiné des informations concernant l’évolution de la visibilité moteur de votre site, mais également l’évolution de votre trafic naturel moteur grâce à l’API Google Analytics. Dans le module « Performance », l’indicateur « Performance globale » compare sur une même échelle de temps l’évolution de votre visibilité dans les moteurs de recherche, et le trafic que cela a permis de générer.

Ainsi, si une baisse de trafic ne s’explique pas par une baisse de visibilité, c’est la saisonnalité qui est à l’œuvre. Vous pouvez désormais le prouver visuellement à vos clients.
Au-delà, si une hausse de votre visibilité dans les moteurs ne s’accompagne pas d’une hausse de trafic, patience. Vous êtes peut-être en « basse saison ». Vous tirerez le bénéfice de vos résultats plus tard.
Les cas de figure sont nombreux, et représentent autant d’interprétations possibles.

A vous de jouer !