SEO international

Sept conseils pour traiter des questions essentielles pour réussir un SEO international. Ces conseils font suite à l’article « Comment optimiser le SEO d’un site multilingue ? », et complètent ce dossier sur le SEO international.

1. Domaine, sous-domaine ou répertoire ?

Séparer les différentes traductions de son site est absolument nécessaire. En revanche, il y a peu de différences à le faire à l’aide d’un nom de domaine séparé, d’un sous-domaine ou d’un répertoire.
L’important est de bien respecter les règles qui permettront à Google de dissocier les marchés ciblés par chaque version du site et la langue utilisée.
Pour cela, vous pourrez utiliser :

Pour plus de détail sur ces techniques, consultez la 1ère partie de ce dossier.

A noter qu’utiliser un sous-domaine pour la version mobile du site est devenu la norme (ex. http://m.monsite.com). Ainsi, utiliser un sous-domaine comme séparateur de langue peut compliquer les choses : http://m.fr.monsite.com ce n’est pas très fluide. Dans cette optique, c’est plus simple si on utilise un nom de domaine ou un répertoire par langue (ex : http://m.monsite.com/fr-fr/ ou http://m.monsite.fr).

2. Liez les traductions d’une page entre elles

Quand votre site sera traduit, la navigation proposera de passer d’une langue à l’autre. Si un internaute américain arrive sur une page en français et veut basculer sur sa langue préférée, ne le renvoyez pas sur la page d’accueil en anglais, mais sur la traduction de la page actuelle.

3. Pas de redirection automatique

C’est surement une des erreurs les plus répandue et les plus néfastes. Googlebot ne parle aucune langue… Ne créez PAS de redirection automatique selon la langue du navigateur ou de la localisation géographique de leur IP !
C’est même une recommandation officielle de Google. Outre que cette redirection aiguillera mal une bonne partie des internautes, elle peut aussi empêcher les moteurs de recherche de connaitre toutes les versions de votre site.

4. Attention à rel=’canonical’

Tout d’abord, faites attention aux problèmes d’indexation que peut générer rel=’canonical’ sur un site multi-lingue. Si vous n’y prêtez pas attention, il y a toute les chances que votre rel=’canonical’ pointe comme page canonique une page dans votre langue par défaut, quelque soit la version du site.

5. Utilisez bien hreflang

Hreflang est un moyen assez souple de mettre en place un site multi-lingue sans avoir à restructurer l’existant. Faites cependant attention à ce que chaque page fasses référence à toutes les alternatives linguistiques existantes, y compris elle-même.
Par exemple, la page www.monsite.com/fr-fr/toto.html devra contenir les indications suivantes :
<link rel= »alternate » hreflang= »fr-fr » href= »http://www.monsite.com/fr-fr/toto.html » />

<link rel= »alternate » hreflang= »en » href= »http://www.monsite.com/en-uk/toto.html » />

6. Ne mixez pas rel=’alternate’ et rel=’canonical’

Si votre site utilise des instructions rel=’canonical’, n’utilisez pas rel=’alternate’, et réciproquement. Il y a de grandes chances que sur une même page ces tags envoient des instructions contraires à Google.

7. N’interdisez pas l’indexation du duplicate international

Clarifions un point pour commencer, un même texte traduit en français et en anglais n’est PAS un duplicate.

Ensuite, si vous avez un même texte en français proposé sur des sites différents, chacun à l’intention d’un pays particulier, Google affirme ne pas traiter cela comme du duplicate. Autrement dit, le même contenu sur monsite.fr et sur monsite.ca n’est normalement pas du duplicate. Vous n’avez pas à interdire l’indexation de l’une des deux versions.