Ces derniers jours ont été le théâtre d’une incroyable série de modifications de comportement de plusieurs moteurs… qui ont occasionné de nombreux incidents d’analyse dans SeeUrank. La plupart de ces problèmes sont désormais traités ou en cours de traitement.

 

Un problème de cookie sur Google…

Deux problème sur Google se sont succédés. Le premier a touché une bonne partie des utilisateurs suite à la mise à jour de jeudi dernier.

L’origine de ce premier problème est en effet lié à une modification du comportement de SeeUrank quand au passage de cookie de page en page. Cette modification a été implémentée suite à l’intégration de Google.com.hk (Honk-Kong et Chine). Ce dernier exigeait un mode particulier de passage de cookie d’une page de résultat à l’autre. Cette modification ayant été jugée par nos équipes comme « plus élégante » pour l’ensemble des moteurs Google, elle a été généralisée. Elle a été testée sur toutes les versions de Google, sans problème pour recueillir les données… sauf que pour une raison obscure cette modification réveille la sensibilité de Google au crawl intensif. Ainsi, Google bloquait les connexions dès une centaine de mots-clés analysés, malgré les mécanismes de temporisation intégrés dans SeeUrank.

Nous avons donc du faire machine arrière et revenir à l’ancien système. Pour l’instant, Google.com.hk n’est plus proposé par SeeUrank.

 

…et une variante de page  difficile à identifier.

Il arrive fréquemment que Google teste des variantes de ses pages de résultats. A chaque apparition d’une variante de SERP (Search Engine Result Page), cela nécessite que nous apprenions à SeeUrank à traiter cette variante pour qu’il continue à interpréter correctement les résultats du moteur. La plupart du temps, ces variantes sont détectées et traitées très tôt, avant que vous ne vous en rendiez compte.
Depuis le début de la semaine, une variante est apparue chez certains clients, provoquant des incidents d’analyse (sans que l’on puisse incriminer les volumes de requêtes). Ce problème a été particulièrement difficile à identifier. Tout d’abord car il s’est superposé avec le problème de cookie évoqué précédemment. Ensuite car nous n’arrivions pas à reproduire l’incident. En effet, cette variante de page de résultat n’est pas envoyé par Google à tous les utilisateurs… notamment pas chez Yooda.
Nous avons dû d’abord éliminer tout une série d’explications possibles avant de supposer l’apparition occasionnelle d’une variante de page. Cette variante a pu être identifiée en particulier avec la collaboration active d’Alban de l’agence web Cube, merci à lui pour sa réactivité.
Le correctif à donc été apporté en ce début d’après midi. Relancez le back-office de SeeUrank pour être sûr d’en bénéficier.

 

Des incidents sur Bing

Ce mardi et mercredi, Bing a eu un comportement particulier causant des incidents dans SeeUrank. En effet, Bing a mis un contrôle (contre l’analyse logicielle de ses pages de résultats de recherche) assez technique dès la page 5. Toutes les analyses s’intéressant donc à plus de 40 positions sur Bing ont donc buté sur cet obstacle. Mais aujourd’hui, Bing est revenu à son comportement habituel.

 

Des incidents sur Yahoo

Ce n’est jamais un signe de bonne santé économique lorsque un moteur de recherche décide de restreindre encore la possibilité de recherches en volume pour ces utilisateurs. C’est ce qu’à fait Yahoo cette semaine.
Nous avons adapté la temporisation de SeeUrank sur Yahoo en conséquence. Attendez-vous donc à des analyses assez lentes sur ce moteur.

 

Des incidents sur AOL

Pour clôturer la série AOL a également modifié son moteur, nécessitant une mise à jour de SeeUrank. Celle-ci devrait intervenir dans les prochains jours.
Afin de ne pas vous obliger à retirer manuellement AOL de la liste des moteurs de chacune de vos analyses, nous l’avons temporairement désactivé. Il sera donc automatiquement retiré de vos analyses. Ainsi, vous n’avez qu’a relancer vos tâches en cours pour les compléter.

 

Nous nous excusons de cette conjonction d’incidents, bien indépendante de notre volonté. Nos équipes sont mobilisées à 200% depuis jeudi dernier pour traiter ces aléas de la vie des moteurs, et apporter à chacun une aide personnalisée.